Les 3 avantages de la simulation pour la vidéosurveillance

  • Testez votre VMS avant l’installation des caméras
  • Testez la montée en charge de votre réseau avant l’installation des caméras
  • Testez votre centre d’opérations avant l’installation des caméras

Un système de vidéosurveillance sur IP est constitué de trois composants essentiels : les caméras, le réseau et les infrastructures serveurs et postes opératoires.
Lors de la phase de conception, le dimensionnement des serveurs est un étape cruciale qui ne peut s’appuyer que sur des évaluations de débit et de puissance de calcul et des abaques fournies par les constructeurs d’équipement et les éditeurs de logiciels d’exploitation (Video Management Systems – VMS). Si ces données permettent de calculer facilement la bande passante ou la capacité de stockage requise pour le système (en fonction du nombre de caméras, de la résolution, du nombre d’images par seconde et de la durée de conservation des images) elles ne donnent aucune information précise sur la puissance nécessaire au niveau des PC d’exploitation.
De la même manière, les éditeurs de VMS ne peuvent donner de renseignements précis sur la puissance CPU ou la carte graphique des postes opérateurs car elle dépend de l’utilisation faite du logiciel VMS, du nombre d’écran par poste, du nombre de caméras par écran et des enchainements de caméras.
Ainsi, en phase de réalisation se posent des problèmes de dimensionnement qui auraient du être résolus dans la phase de conception du système.
Par ailleurs, pour lancer la phase de test d’une salle d’opération de vidéosurveillance, (Centre de Surveillance Urbaine par exemple) il faut attendre que les caméras soient installées pour tester les logiciels VMS et les enregistreurs.