En 1999, alors que les premiers balbutiements de l’Internet haut débit se font entendre grâce à Noos, peu avant l’arrivée de l’aDSL de France Télécom dans les foyers parisiens, une réflexion approfondie sur les nouveaux usages de l’Internet illimité et haut débit conduit à la conception d’un service « à la yahoo », portail offrant la consultation de caméras vidéo en lieu et place des informations texte et images statiques. Mieux, les caméras de démonstration sont localisées à San Francisco et ont peu les orienter en pressant des boutons sur la page web… Il n’en fallait pas plus pour imaginer un modèle de business et planifier une disruption massive du marché de la vidéosurveillance appelé en ce temps là CCTV pour circuit fermé télévisé.

C’est grâce au premier concours de création d’entreprises innovantes lancé en mai 1999 par Claude Allègre que naîtra quelques mois plus tard la première startup française à proposer un service hébergé de vidéosurveillance dont le modèle est aujourd’hui repris par les géants du web, Amazon avec Ring et Google avec Nest.

Le dossier ci dessous est l’original transmis au Ministère de la recherche, on y voit la ligne directrice qui sera suivie durant les 5 premières années de R&D aidées successivement par l’ANVAR (OSEO) et le CRITT CCST d’île de France.

This post is also available in: Anglais